Le prix Goralska décerné à Fatimata M'Baye, avocate mauritanienne

C’est au Meurice célèbre palace de la rue de Rivoli à Paris, que Fatimata M’Baye avocate orginisaire de Mauritanie s’est vue remettre le 1er prix de la femme Goralska 2016 dont le jury est présidé par Monique Canto Sperber et composé uniquement de femmes.

Dsc04085

Corinne Evens et la lauréate Maitre Fatimata M'Baye@europeorient

Marie-Agnès Gillot danseuse étoile et chorégraphe à l’opéra de Paris a en présence de Corinne Evens qui a fondé en 2014 la marque Goralska a décerné ce prix à cette jeune femme mauritanienne qui œuvre afin d’apporter un mieux aux modes de vie dans son pays, tant sur le plan privé, que professionnelle et sans omettre l’engagement politique ou social. Maitre M’Baye, engagé pour la défense des intérêts des femmes en Mauritanie a été marié à l’âge de 12 ans et a eu 4 enfants avant 18 ans.

Intervention de Marie-Agnès Gillot le jeudi 20 octobre 2016 Salon Pompadour Hôtel Meurice

'Une femme d’exception !", voilà ce qui m’a convaincue d’être la marraine du prix Goralska donné pour sa première édition, à Fatimata MBaye.

Fatimata MBaye a été dans son pays, la Mauritanie, la première en de nombreux domaines, avec les dangers que cela représente. Toute sa vie a été consacrée à un combat, la cause de la liberté, elle y a montré une exigence et une détermination que les difficultés rencontrées sur le chemin n’ont pas entamées.

Elle a été fidèle à l’engagement professionnel d’une vie, elle a fait entendre une voix claire pour défendre les opprimés et elle a construit aussi une vie de femme et de mère. Ce sont tous ces accomplissements que le jury du prix Goralska, présidé par Monique Canto-Sperber, a su reconnaître.

Première femme avocate en son pays dès 1988, Fatima MBaye s’est consacrée à restaurer la liberté et la dignité humaine, ce qui dans son pays signifie, de manière douloureusement concrète, la lutte contre toutes les formes d’esclavage, 20% de la population étant encore dans une condition de servitude.

Dans une Mauritanie, très diverse ethniquement, elle s’est élevée contre toutes les discriminations: “I do not see myself as a black woman, a-t-elle déclaré, I could be born white, yellow, Mongolian, or Kurdish, and I would have recognized myself in each of these. For me, the value of the human being is above everything.”

A maintes reprises, sa vie a été menacée, sa liberté aussi, mais elle n’a jamais cédé, défendant ceux qui ont besoin d’elle, des personnes accusées d’apostasie jusqu’aux veuves dont les maris ont été tués lors de violences civiles.

Je vis dans un monde infiniment plus apaisé, où je n’ai rien vécu de tels risques et dangers, mais je me sens en proximité avec sa vie. Je suis une danseuse étoile à l’Opéra de Paris, dont la vie quotidienne est faite de travail et d’engagement, avec la satisfaction d’être au service de l’art et de rechercher une beauté plus grande que moi. Je suis aussi chorégraphe, et dans la danse comme dans la création, j’ai très tôt senti que la prise de risques est toujours présente.

C’est pourquoi je voudrais, en remettant ce prix Goralska, si différent de tous les autres, car placé sous le signe d’une collection de bijoux conçue par Corinne Evens en hommage à la femme moderne, ajouter à la vie que vit cette femme si belle, majestueuse et impressionnante, un moment de grâce, comme une légèreté au-delà de tous les efforts.

Je suis très heureuse, chère Fatimata MBaye, de vous remettre le prix Goralska.

Marie-Agnès Gillot

Les membres du Jury du prix de la femme Goralska 2016 sont :

Aude de Thuin, fondatrice du Women Forum à Deauville et responsable du Forum Women in Africa

Franka Holtmann, directrice générale de l’Hôtel Meurice

Peggy Dulany Rockfeller, présidente de Synergos

Karine Guldemann, déléguée générale Fondation ELLE chez Lagardère Active

Eléonore de la Charrière, déléguée générale de la Fondation Culture et Diversité

Karine Ohana, Manager Partner de Ohana&Co

Farzana Baduel, Fondatrice et CEO de Curzon PR.

Groupe EUPHRATE : Conseils en Affaires - Stratégie de communication