Le Kazakhstan brigue un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU

KazakhstanLa république indépendante du Kazakhstan a annoncé sa candidature à un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU en septembre 2013. Le mandat brigué par le Kazakhstan est de deux années à compter du 1er janvier 2017. La décision de l’assemblée générale du Conseil de sécurité est attendue à la fin juin 2016.

Pour mémoire le Conseil de sécurité est composé de 5 membres permanents : Chine, Etats-Unis,  France, Grande Bretagne, Russie  et de 10 membres non permanents répartis selon 4 groupes :

Afrique : 3 sièges

Amérique latine et Caraïbes : 2 sièges

Asie Pacifique : 2 sièges

Europe et autres : 3 sièges

Chaque année la moitié des membres non permanents est renouvelée. Les mandats de l’Angola, Malaisie, Nouvelle Zélande et Venezuela expireront le 31 décembre 2016. La république indépendante du Kazakhstan postule au remplacement de la Malaisie.

Le Kazakhstan n’a jamais siège au Conseil de sécurité et les points forts de sa candidature reposent sur 4 piliers :

La sécurité énergétique

La sécurité alimentaire : ses terres agricoles s’étendent sur plus de 24 millions d’hectares ce qui fait du Kazakhstan le 2e pays au monde pour la disponibilité en terres arables par habitant. Acteur influent à l’échelle mondiale,  avec le concours de l’UNDP United Nations Development Programme – il a fondé KazAid  afin d’apporter aux pays étrangers ses analyses et ses expertises techniques afin de favoriser le développement.

La sécurité de l’accès à l’eau : depuis son indépendance le pays essaye de sauver la Mer d’Aral en raison de la surexploitation des eaux d’une des deux rivières  l’alimentant, l’Amou Darya.  La république indépendante de l’Ouzbékistan, a prélevé la quasi-totalité des eaux afin d’irriguer ses étendues de champs de coton.   Mais aussi le lac Balkash ou la Chine est accusée de détourner les eaux du fleuve pour assurer sa production de pétrole dans la province de Xiangkiang

La sécurité nucléaire : En 1992 le Kazakhstan fait le choix de l’abandon total de son arsenal nucléaire

Pour mémoire, suite aux attentats du 11 septembre 2001, et avec le concours du pape Jean-Paul II, deux semaines plus tard, le Kazakhstan fonde le congrès mondial des religions qui se rassemble tous les 3 ans. Grace à ce congrès et malgré une situation internationale alarmante sur fonds de conflits confessionnels à travers le monde, le dialogue entre les religions s’est maintenu et a fait entrevoir des positions communes et des décisions très importantes pour l’avenir de l’humanité.

Le Kazakhstan a déjà assuré en 2010  la présidence de l’ OSCE et de OCS et a participé à la création de l’Union douanière avec la Russie et la Biélorussie. Il a montré également sa capacité d’organiser les  Jeux asiatiques d’hiver à Almaty en 2011.

A souligner que le Kazakhstan s’est lancé dans un projet futuriste pour l’organisation de la prochaine exposition internationale qui se déroulera en 2017 à Astana capitale de cette république indépendante depuis 1991. Le thème retenu est "Énergie du futur, action pour la durabilité mondiale" ancrera fermement le Kazakhstan dans les sciences d’avenir.

Le 15 avril 2016

Groupe EUPHRATE : Conseils en Affaires - Stratégie de communication