Paris Ile de France capitale économique fête ses 10 ans

Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances a annoncé mardi 5 juillet 2017 à Paris,  à l'occasion du 10e anniversaire de l'association Paris Ile de France, capitale économique, et en présence de Jérôme Chartier 1er vice-président du Conseil régional Ile de France, d’Alexandre Missoffe directeur général de Paris Ile de France capitale économique mais aussi de Christian Nibourel président de Paris Ile de France capitale économique et de son ancien président Pierre Simon et de Chiara Corazza ancienne directrice générale et qui occupe depuis mars 2017 les fonctions de directrice générale de Women's forum,  "d’importantes cessions d’actifs" de la part de l'Etat dans les prochains mois pour financer l'innovation, à laquelle il destinera 10 milliards d'euros.

Le ministre Bruno Le Maire a réaffirmé sa volonté de réaliser d'importantes cessions d'actifs dans les prochains mois afin de dégager 10 milliards d'euros. "Je ne cède pas des actifs pour renflouer les caisses de l'Etat. L'objectif est de trouver des financements pour l'innovation, car c'est la clé de demain", a insisté Bruno Le Maire ajoutant "J'assume le choix politique de transformation radicale de l'économie française où l'argent du contribuable est mieux placé dans le financement de l'innovation plutôt que dans la rente de certaines entreprises publiques". Le ministre a par ailleurs appelé la France à rivaliser "avec les grandes nations conquérantes que sont la république populaire de Chine et les États-Unis". Les 977,9 milliards d'euros d'actifs - y compris les infrastructures - dont est doté l'Etat - en 2016 - sont dans l'oeil du ministre.

Bruno Le Maire favoriserait la cession d'actifs financiers et notamment ceux liés à des entreprises publiques. "J’assume d'annoncer d'ici quelques mois des cessions d'actifs importantes dans les entreprises publiques, qui permettront au contribuable de savoir que son argent est placé pour le futur et non pas pour le passé", a indiqué le ministre. "Ces 10 milliards d'euros seront financés par la cession d'actifs de l'Etat dans un certain nombre d'entreprises qui seront placés et rapporteront les moyens financiers nécessaires pour financer l’innovation" a précisé Bruno Le Maire et qui espère sur les dividendes des différents placements et n'envisage donc pas 10 milliards de cessions d'actif pures.

D’après le rapport du compte général de l'Etat 2016, la France détient 1817 participations financières pour un global de 262,7 milliards d'euros.

Dans le détail, 137,5 milliards d'euros correspondent à des valeurs relatives à des entités contrôlées par l’Etat par exemple EDF, la Poste ou SNCF mobilités - et 125,2 milliards d'euros concernent des entités non contrôlées par l'Etat ou nous retrouvons Engie, Orange, Renault, Dexia ou encore Alstom.

Avec ces 10 milliards d'euros, le ministre Bruno Le Maire espère financer une innovation dite "de rupture". Bruno Le Maire précise "Celle qui permettra à la France de rattraper un certain nombre de retards qu'elle a pris dans les révolutions technologiques en cours" ajoutant "Nous avons manqué il y a une vingtaine d'années la révolution des logiciels, nous la France et les pays européens. Ce sont les Etats-Unis, avec Google, Amazon, Facebook qui ont tiré le bénéfice de cette révolution. Ils ont créé des champions mondiaux qui ont aujourd'hui une puissance phénoménale".

Le ministre a indiqué que le changement est maintenant et que cela "va ouvrir des champs de créations d'emplois, de technologie, de réindustrialisation de la France. Cependant ça coute chère et parfois il faut financer à perte. L'intelligence artificielle, les données, sa maitrise ne sont pas forcément rentables immédiatement mais c'est là que le rôle de l'Etat est utile : parce que nous allons investir sur le long terme".

Paris investmentEn attendant, Paris se positionne à la  2e place européenne pour le nombre d’investissements internationaux derrière Londres et 3e métropole mondiale la plus attractive, l’Île-de-France deviendrait la place européenne préférée des investisseurs dans l’ère post-Brexit d’après l’association Paris Capitale économique.

Au cours de la soirée l'association Paris Ile de France capitale économique a dévoilé des résultats réalisés par KPMG. L’Île-de-France est au 7e rang mondial pour l’accueil des investissements directs internationaux créateurs d’emplois et de valeur à la lecture du baromètre 2016 "Global Cities Investment Monitor".

Le 5 juillet 2017

 

Groupe EUPHRATE : Conseils en Affaires - Stratégie de communication