Orléans parmi les premières villes à travers le monde

Hydrolienne : Orléans parmi les premières villes à travers le monde à expérimenter l'énergie d'un fleuve
Présentation en avant-première lors du Festival de Loire
 
Le Festival de Loire, plus grand rassemblement européen de la marine fluviale, sera l’occasion de dévoiler du 18 au 22 septembre 2013 le projet d’hydrolienne en Loire à Orléans. La présentation de ce prototype place la cité johannique parmi les premières villes à travers le monde à prétendre profiter de l’énergie de leur fleuve. L’hydrolienne sera mise en eau en 2014 pour un projet d’étude d’environ un an. Cette phase de test orientera le développement industriel et commercial de l’hydrolien fluvial à travers le monde.
 
L’énergie hydraulique produite par nos rivières et nos fleuves est encore méconnue et le potentiel reste à découvrir. C’est pourquoi la Mairie d’Orléans, en veille constate sur les projets novateurs en matière de développement durable, s’est positionnée à l’avantgarde de l’hydrolien fluvial." De ces techniques et technologies adaptées à nos fleuves, il reste tout à construire, et le potentiel nous permettant de produire une énergie locale, propre, et renouvelable, grâce à la force des courants et des mouvements d’eau de la Loire, s’il est prometteur, reste à identifier" analyse Serge Grouard, Maire d’Orléans, Député du Loiret. "Il faudra voir si l’investissement est compétitif par rapport à d’autres énergies ou modes de production d’énergie. Les enjeux sont multiples, d’une part réduire notre empreinte environnementale et d’autre part imaginer des filières d’avenir, pourvoyeuses d’emplois et de développement économique de nos territoires. Ce projet d’hydrolienne à Orléans est donc un programme de développement durable fort, qui s’appuie sur une ressource précieuse que nous avons à coeur de défendre et de valoriser, la Loire".
 
L’étude sera conduite par la société grenobloise Hydroquest, soutenue par EDF. L’entreprise dispose de technologies de pointe s’appuyant notamment sur 9 brevets déposés en copropriété avec EDF. A ce projet s’associent le fleuron orléanais DREAM (pôle de compétitivité Écotechnologies) et BIOTOPE, acteur privé de l’ingénierie écologique. Le coût global du projet est estimé à 2,46 millions d’euros. La Mairie d’Orléans a adopté en conseil municipal de juillet une convention de partenariat avec Hydroquest visant notamment à soutenir le projet à hauteur de 50 000 euros pour 2014 et 2015.
 
L’hydrolienne d’Orléans en bref :
· Objectif : développer et expérimenter une hydrolienne fluviale en Loire.
· Coût global du projet : 2,46 millions d’€uros, dont 50 000 euros de subvention de la Mairie d’Orléans.
· Implantation : en coeur de ville, quai de la Madeleine, entre le pont Joffre et le pont de l’Europe, pour une durée d’un an à partir de début 2014.
· Particularités techniques liées au concept d’Hydroquest : contrairement aux hydroliennes maritimes, cette hydrolienne fluviale présentera non pas une hélice, mais deux colonnes de turbines. L’ensemble pèsera environ 2 tonnes, pour des dimensions de 6m x 1,5m. Elle sera montée sur une barge flottante, elle-même amarrée au site d’exploitation.
· Les enjeux pour la Mairie d’Orléans : l’action N°14, de l’axe N°5 du Plan Climat Energie Territorial adopté en 2012 prévoit de « favoriser le recours aux énergies renouvelables ». L’hydrolienne vient ainsi compléter les projets de chaufferie biomasse, de pompes à chaleur ou d’énergie solaire pour les bâtiments municipaux, ou encore le soutien à l’expérimentation de la pile à combustible avec EDF. Certaines de ces actions ont déjà permis de réduire de 43 000 tonnes les émissions de CO2 sur le territoire (-6%) soit l’équivalent des émissions de 19 000 voitures (cf. rapport DD 2013).

Groupe EUPHRATE : Conseils en Affaires - Stratégie de communication