Les bases de l'armée US dans le monde vues du ciel

1 2Camp Justice (Diego Garcia). Mal nommé, ce camp en plein océan Indien aurait été utilisé secrètement pour torturer des prisonniers de la guerre d’Afghanistan. (Photo : Mishka Henner)

Près de 200 000 hommes, soit 10 % du personnel militaire américain, sont déployés à l’étranger. De l’Allemagne à Cuba en passant par le Qatar et la Somalie, voici un aperçu de cette présence massive, répartie dans 800 bases à travers le monde.

Les États-Unis disposent du plus grand contingent militaire à l’étranger : près de 200 000 hommes répartis dans 800 bases et 177 pays à travers le monde. Plus que McDonald’s ! La plupart des emplacements sont issus de l’héritage de la Seconde Guerre mondiale.

L’Asie concentre le gros des troupes, avec 39 300 hommes au Japon et 23 400 en Corée du Sud. Mais il reste tout de même 34 800 militaires en Allemagne et 12 100 en Italie, qu’on n’imagine pourtant guère ciblées par une déclaration de guerre…

Coût massif

Ce déploiement massif a un coût : 100 milliards de dollars par an environ. Soit un sixième des dépenses militaires totales du pays (611 milliards en 2016). Une somme qui pose question d’autant plus que cette présence américaine est de plus en plus jugée indésirable.

À Okinawa, au Japon, où les Américains occupent les trois quarts de l’île, une manifestation géante, en 2014, a rassemblé 65 000 personnes, pour réclamer la restitution des terres. Lors d’un voyage sur une base turque en 2009, Barack Obama avait été accueilli aux cris de : "Yankee go home !" "L’occupation" américaine est aussi l’un des arguments majeurs d’Al-Qaïda pour appeler au terrorisme. Enfin, on peut s’interroger sur l’utilité d’une telle présence sur le terrain alors que les armes actuelles sont capables d’atteindre des cibles à des milliers de kilomètres en quelques minutes…

Mishka Henner, un artiste belge, s’est spécialisé dans la photographie à partir d’images Google Earth. Il a réalisé en 2010 une série de photos des bases militaires américaines à travers le monde.

2 2

Pine Gap Base (Australie). Cette base d’interception et de surveillance satellitaire, gérée conjointement avec l’Australie, abrite un gros contingent de la CIA et serait notamment chargée de suivre l’activité de satellites espions américains. (Photo : Mishka Henner)

3

Camp Delta (Cuba). Dans la baie de Guantánamo, il sert de centre de détention pour les prisonniers de guerre, privés ainsi des droits légaux en vigueur sur le sol américain. (Photo : Mishka Henner)

4 2

Base aérienne de Karup (Danemark). Elle est gérée conjointement avec l’armée aérienne danoise, dont c’est la base principale. (Photo : Mishka Henner)5

Camp Lemonnier (Djibouti). Cette base est à l’origine un camp de la Légion étrangère. Il abrite actuellement une base de la Marine américaine ainsi que le siège de la Force combinée américaine qui prend part à la lutte contre la piraterie autour de la Corne de l’Afrique (CJTF-HOA). Le chef du Pentagone, James Mattis, actuellement en tournée au Moyen-Orient, a visité la base dimanche 23 avril, en présence de troupes françaises. (Photo : Mishka Henner)6 1

Base aérienne et de surveillance satellite de Thulé (Groënland). À 1 524 kilomètres du Pôle Nord, c’est la base la plus au nord de l’US Air Force. (Photo : Mishka Henner)7

Camp Adder (Irak). Dans le nord de l’Iral, le camp est sur le point d’être rétrocédé aux forces irakiennes. Des troupes américaines devraient toutefois rester sur place. (Photo : Mishka Henner)

8

Camp Justice (Diego Garcia). Mal nommé, ce camp en plein océan Indien aurait été utilisé secrètement pour torturer des prisonniers de la guerre d’Afghanistan. (Photo : Mishka Henner)9 1

Base navale de Yokosuka (Japon). C’est le point d’attache des nombreux porte-avions nucléaires américains navigant dans le Pacifique. (Photo : Mishka Henner)

10

Base balistique Ronald Reagan (Îles Marshall). Sur plus de 1,9 million de kilomètres carrés, on y pratique des tests de tirs de missiles. (Photo : Mishka Henner)11 1

Base aérienne Al-Udeid (Qatar). La plus grande base américaine au Moyen-Orient. (Photo : Mishka Henner)12 1

Base navale Rota (Espagne). Gérée conjointement avec l’armée espagnole. (Photo : Mishka Henner)

13 1

Base de surveillance satellitaire de Menwith Hill (Royaume-Uni). Un des principaux maillons du réseau mondial d’écoutes Echelon, élaboré dans les années 1970 par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. (Photo : Mishka Henner)

Le 1 mai 2017

 

 

Groupe EUPHRATE : Conseils en Affaires - Stratégie de communication