Energy observer

Deux navigateurs français s’apprêtent à faire un tour du monde à bord d’un navire futuriste qui embarque les toutes dernières technologies propres. Le but ? Les tester et sensibiliser le monde à la transition énergétique.
 

http://www.energy-observer.org/#!

En 2014 une idée germa dans la tête de Victorien Erussard ancien officier de la marine marchande : construire un navire futuriste qui embarquerait des énergies propres et des matériaux révolutionnaires, afin de montrer qu’un futur plus respectueux de l’homme et de son environnement est possible.

Il est en passe de concrétiser on rêve et s’embarquera avec Jérôme Delafosse, scaphandrier professionnel à bord de l’Energy observer, 1er bateau autonome en énergie et sans émission de gaz à effet de serre ni particules fines, propulsé à l’hydrogène et aux énergies renouvelables.

Pour mémoire Victorien Erussard a bouclé une Route du Rhum, décroché 3 titres de champion de France en F18 et terminé, 4 Transat Jacques Vabre, Jérôme  Delafosse a passé 23 années à explorer les océans, plongé à 1 000 mètres de profondeur au cœur des abysses et a découvert  en 1997 il y a 20 ans un palais englouti de Cléopâtre dans le port est d’Alexandrie en république arabe d’Egypte.

A bord du navire de 30,5 mètres de long pour 12,8 mètres de large, les deux amis vont entamer une odyssée de 6 années autour du monde, traverser 50 pays et réaliser 101 escales afin de prouver qu’il est possible de parcourir des dizaines de milliers de kilomètres en consommant et en relâchant 0 gramme de CO2 dans la nature.

Au départ de Saint-Malo, leur ville natale, ils réaliseront un tour de France durant l’année 2017 avant de conquérir la Méditerranée en 2018, l’Europe du nord en 2019, les Amériques en 2020, l’Asie et l’Océanie en 2021 puis l’Asie et l’Afrique en 2022.

Face à la presse dans l’enceinte du siège de l’UNESCO à Paris Victorien Erussard a déclaré "Energy Observer c’est le tout premier navire hydrogène et électrique qui va fonctionner grâce à une mixité d’énergies renouvelables".

Le navire sera doté de 150 m² de panneaux photovoltaïques et 2 éoliennes à axe vertical pour générer de l’électricité. Un cerf-volant automatisé, destiné à augmenter la vitesse du bateau et réduire ses dépenses énergétiques, sera installé.

L’Energy Observer sera capable de produire de l’hydrogène à partir de l’eau de mer, alors que les producteurs actuels puisent dans les énergies fossiles pour en fabriquer.

Pascal Mauberger, président de l’association française pour l’hydrogene et les piles à conbustibles à pour sa part  précisé  par le biais d’un communiqué «Energy Observer est la parfaite démonstration que l’hydrogène permet d’intégrer les énergies renouvelables dans notre quotidien. En faisant le tour de la terre avec 100% d’énergies renouvelables stockées à bord sous forme d’hydrogène, ce navire réalise une première mondiale et ouvre ses portes d’une nouvelle ère sans énergies fossiles" ajoutant "Ce bateau montre bien qu’il n’y aura pas qu’une solution qui permettra de pourvoir aux besoins énergétiques de la planète"

De son côté Nicolas Hulot président de la fondation pour la nature et l’homme actuel parrain de la mission, a souligné "Outre communiquer et sensibiliser le monde à la lutte contre le changement climatique et le développement de la transition écologique, cette "Calypso du futur" permettra de tester ces technologies pour les introduire par la suite dans le quotidien des français. 'C’est un projet qui donne une image réelle de ce que peut être les solutions pour la transition énergétique. Ce bateau montre bien qu’il n’y aura pas qu’une solution qui permettra de pourvoir aux besoins énergétiques de la planète.

Le projet à un but industriel. Les énergies qui sont portées par l’Energy Observer seront recyclées dans les secteurs maritimes ou aéronautiques. Florence Lambert directrice du CEA-LITEN laboratoire d’innovation pour les technologies nouvelles et les nanomatériaux, installé à Grenoble dans le département de l’Isère en région Auvergne Rhône Alpes a insisté "qu’il y a des PME ou des ETI qui sont prêtes à les intégrer et à les développer sur le sol français. Ce navire est alors un message d’espoir énergétique pour montrer ce que l’on est capable de faire en matière d’économie verte" précisant que la France était dotée de la meilleure pile à combustible du monde juste après Nissan et Toyota et qu’il faudra une dizaine d’années avant que l’hydrogène ne s’invite concrètement au centre de l’industrie des transports de masse."

Le 11 janvier 2017

Groupe EUPHRATE : Conseils en Affaires - Stratégie de communication